Taux de réussite d’études

Au cours des vingt dernières années, le taux de réussite d’études est resté plutôt stable à 70% (étudiants et étudiantes ayant terminé leurs études en l’espace de dix ans). Durant la phase précédant l’introduction du système de Bologne, il existait des différences entre les domaines; les sciences humaines et sociales notamment accusaient le taux d’abandon le plus élevé (cf. «Quel est le taux de réussite (et que font ceux qui interrompent leurs études?)»). Il est encore trop tôt pour établir des conclusions représentatives sur le taux de réussite dans le système actuel de Bologne. Néanmoins, les différences entre les domaines ont diminué (Rapport d’éducation 2014, CSRE, p. 194). Une étude CSRE sur les abandons d’études dans les hautes écoles suisses montre qu’il existe à la fois une tendance à la diminution des abandons chez les femmes, toutes disciplines confondues, et une tendance à l’amélioration dans les sciences humaines et sociales, observée chez les deux sexes (Studienabbrüche an Schweizer Universitäten, SKBF Staff Paper 11, 2013, p. 10).